02/03/2022 - Duracell met en œuvre Reflex WMS dans ses usines et centres logistiques à l’échelle mondiale

Le fabricant de piles électriques a noué un partenariat avec Reflex Logistics Solutions (Groupe Hardis) pour déployer le logiciel de gestion d’entrepôt Reflex WMS dans toutes ses usines et centres de conditionnement, en Belgique, aux États-Unis et en Chine. 

Grenoble, le 2 mars 2022 – Reflex Logistics Solutions (Hardis Group), éditeur de logiciels d’exécution logistique, annonce que Duracell, fabriquant de piles électriques, a remplacé une solution de gestion logistique développée en interne il y a une trentaine d’années par son logiciel de gestion d’entrepôt Reflex WMS. Les principaux fournisseurs mondiaux consultés n'ont pas été en mesure d'offrir une solution appropriée pour moderniser la gestion de la chaine d’approvisionnement et les opérations logistiques de Duracell. La société s’est donc tournée vers un acteur européen capable de proposer un accompagnement à l’échelle mondiale. Après avoir déployé la solution dans tous les sites en Occident, Duracell la mettra en œuvre en Chine en 2022.

Une nécessaire modernisation du système d’information logistique

En 2016, après avoir passé dix ans dans le giron de Procter & Gamble, Duracell est cédé à Berkshire Hathaway, holding du milliardaire américain Warren Buffet. Le fabriquant de piles électriques retrouve alors son indépendance, notamment en matière de choix pour moderniser ses opérations logistiques. La solution de gestion logistique, développée en interne il y a une trentaine d’années, ne répondait plus aux besoins en matière d’orchestration des flux logistiques et de gestion des entrepôts. La société décide donc de la remplacer : « La modernisation de l'ancien système n'était pas envisageable. C'était trop coûteux et il n'y avait pratiquement plus de support pour cette solution », explique Alban Fleury, directeur informatique Europe, Asie & Global BtoB chez Duracell.

Après avoir consulté plusieurs grands éditeurs mondiaux de logiciel de gestion d'entrepôt (WMS), le constat est fait qu’aucun d’entre eux n'offrait suffisamment de fonctionnalités pour répondre correctement aux besoins complexes de l’usine et du centre de conditionnement situés en Belgique. Duracell décide alors de se tourner vers des fournisseurs européens.

« A la suite de la consultation, nous avons opté pour Reflex WMS. La solution comprenait en standard une grande partie des fonctionnalités dont nous avions besoin, ce qui limitait les besoins de personnalisation. Elle offrait également la flexibilité nécessaire pour pouvoir traiter et expédier à la fois des palettes mais aussi des colis », précise Alban Fleury.

En outre, la possibilité de configurer un « core model », qui permettrait à tous les sites de travailler avec la même version, allait simplifier le support et le déploiement de la solution à l'échelle mondiale. Enfin, la possibilité de basculer plus tard sur une version hébergée en Cloud a également été un critère décisif dans la prise de décision de Duracell. « Seuls bémols : la solution n’était pas disponible en chinois, or c’était nécessaire pour pouvoir la déployer plus tard sur nos sites chinois. Et Reflex Logistics Solutions devait nous rassurer sur sa capacité à nous apporter un support local partout dans le monde. Nous avons obtenu des garanties sur ces deux points », indique Alban Fleury.

Un logiciel de gestion d’entrepôt à déployer mondialement

A l’origine, Duracell avait décidé de d’abord déployer Reflex WMS sur les deux sites en Belgique, tout en consultant les équipes basées aux États-Unis et en Chine, afin de pouvoir définir le « core model » à l’échelle du groupe. L’objectif initial était que les sites belges soient opérationnels avec la nouvelle solution en juillet 2018, et que les usines américaines soient équipées l’année suivante. Cependant, en raison des processus très complexes à paramétrer dans la solution en Belgique, ce plan a dû être modifié : « Notre pic d’activité commence après l'été et nous ne voulions pas prendre de risques à ce moment-là. Nous avons décidé de reporter le projet et de le reprendre en 2019 », explique Alban Fleury.

En parallèle, la mise en œuvre de Reflex WMS aux États-Unis a été accélérée du fait de l’ouverture d’un très grand centre de conditionnement. C’est ITOrizon, société américaine spécialisée dans la mise en œuvre de systèmes WMS complexes, qui a été chargée de déployer la solution, avec l'équipe de Duracell sur place et le soutien de Reflex Logistics Solutions. 

A ce jour, les trois sites américains ainsi que les deux sites belges s’appuient sur Reflex WMS pour gérer leurs flux et processus logistiques. Dans les usines, la solution contrôle la réception des matières premières sur palettes, ainsi que le flux des produits finis et emballés, du stockage à l'expédition. Dans l’entrepôt de distribution entièrement automatisé de Belgique, Reflex WMS orchestre les véhicules à guidage automatique (AGV). Par ailleurs, le module Labour Management System (LMS), qui automatise l’ordonnancement et permet de réallouer dynamiquement les ressources au cours de la journée, a été implémenté depuis, ce qui a fait évoluer le « core model » initialement défini en phase pilote.

« Reflex WMS a prouvé sa flexibilité et nous apporte une vue d'ensemble de nos stocks, dans nos usines et nos entrepôts. Sa facilité de prise en main est particulièrement importante dans les entrepôts de conditionnement et de distribution, où Duracell emploie de nombreux intérimaires pendant les pics d’activité », poursuit Alban Fleury.

Prochaines étapes : la Chine et le cloud

A l’origine, il était prévu de déployer la version chinoise de Reflex WMS sur les sites de Duracell en Chine en 2021, mais la crise sanitaire est passée par là et a obligé le fabricant de piles à revoir ses plans. « Comme il est impossible de réaliser une mise en œuvre de cette ampleur à distance, nous avons décidé de reporter le projet à mars 2022. D’ici là, les activités logistiques en Chine continueront à fonctionner avec l’ancien système, même s’il est très coûteux à maintenir », explique Alban Fleury.

Dès que toutes les usines et les centres logistiques de conditionnement seront équipés de Reflex WMS, Duracell souhaite passer à la phase suivante, à savoir la transition vers une solution basée sur le cloud.

Au fils des mois, un véritable partenariat s’est développé entre Duracell et Reflex Logistics Solutions. Ce qui était au départ un projet pour équiper deux sites en Belgique est devenu un projet pour l’ensemble des usines et centres de conditionnement, partout dans le monde. « Avec un acteur de taille mondiale, nous n'aurions jamais pu établir des relations aussi étroites. », conclut Alban Fleury.